Bienvenue au coeur de l'Ain
signature
  


 


 

 

 

 

 

 

 


 

FDOTSI


 
 Accueil

Situation et présentation du village

Cerdon vu d'en haut Situé à mi- chemin entre Lyon et Genève, entre Londres et Rome, et entre Madrid et Berlin, le village de Cerdon niché au creux d'une reculée propice à la culture de la vigne est habité depuis la période Celte.

Roche coupée Lieu de passage depuis les temps les plus reculés : d'abord la voie romaine puis en 1744, la route royale qui reliait Lyon à Genève.

Cerdon et ses vignes Son relief de moyenne montagne coupé de cluses profondes offre de magnifiques belvédères sur le village et le vignoble qui escalade le coteau.

Les rues tortueuses Une promenade dans le village vous permettra d'admirer ses rues tortueuses et ses maisons moyennageuse comme la demeure du maître de poste.

Monument aux morts Cerdon est aussi la mémoire avec le monument de la Resistance du Maquis construit en parfaite symbiose avec la nature sauvage du Val d'enfer.


Utilisateurs Iphone, cliquez sur ce lien pour voir la vidéo : lien vidéo
Activité principale

L’activité principale de Cerdon est la culture de la vigne : vinification et mise en bouteilles, commercialisation du vin (caveaux).
Mais aussi dans le village, la cuivrerie, unique en France. Autres activités agricoles : parcs d'élevages. Activités artisanales et commerciales : menuiserie, auberges et cafés, commerces alimentaires, : un boulanger, un boucher, une alimentation-journaux-tabac.

Superficie

Cerdon est situé à 4 km de Poncin. La commune a une superficie de 1190 ha, dont 57 hectares de vignes. Le point le plus bas est à 290 m, en aval de Pont-de-Préau, le plus haut, vers le sommet de la Chaîne de l’Avocat à 992m.

Longueur de la voirie communale : 9 673 km ; longueur de la voirie rurale : 12 km.

Graphies anciennes
Cerdun, de Cerdone, 1150 ; Cerdon 1212
Le nom de Cerdon
Le nom de Cerdon viendrait, selon E. Nêgre, du nom propre CERDONIUS. D’autres, comme G. Taverdet, penchent pour un nom celtique avec suffixe - DUNUM, "montagne ". Les habitants sont appelés Cerdonnais.
Population
1 490 habitants en 1806, 1817 habitants en 1846 ; depuis cette date, la population n’a cessé de diminuer (1 352 en 1901) jusqu’à descendre à 653 en 1954, pour arriver après quelques variations à 674 en 1991, 672 en 1999 et en 2005
Cerdon a un hameau
Préau, situé à 2,5 km, traversé par le ruisseau la Moréna ou Morana et placé à l’entrée d’une cluse pittoresque où se groupent ses petites maisons anciennes, près de ce qui fut une très ancienne fabrique de papier.
Relief
La commune de Cerdon offre un relief tout à fait caractéristique du Jura occidental. Les deux plis nord-sud qui le constituent ont été travaillés par les eaux. Ils recèlent trente cinq cavités recensées : grottes, couloirs, canyons, puits. Si le deuxième pli, le plus oriental qui constitue la Chaîne de l’Avocat, a gardé un aspect régulier, souligné par ses forêts ou ses verts pâturages, proches de quelques fermes isolées, le plus occidental a été profondément entaillé par les ruisseaux, au point qu’il ne reste qu’un relief en table séparant une remarquable reculée et une profonde cluse.
Installation
C’est dans la reculée aux hautes falaises calcaires, où coulent le Veyron et le bief de l’Enfer que s’est installé depuis la plus haute antiquité le bourg de Cerdon. C’est dans la cluse qu’a creusée la Morena, venue de la Fouge, qu’ont été construits à l’époque médiévale le hameau de Préau et le cellier de la chartreuse de Meyriat, à Epierre. En effet, auprès des falaises se sont accumulés des éboulis, favorables à la culture de la vigne.
Belvédères

Le Mont Carmier

Trois belvédères permettent d'avoir une magnifique vue sur le village et le vignoble. Le mont Carmier où on a érigé une statue de la vierge, et lui faisant face, le mont Chatel où l'on a disposé un drapeau servant de girouette. Mais sans oublier celui de la RN1084, situé entre le monument des maquis et le village de Labalme.

Voies romaines

L’ancienne voie romaine qui allait de Lugdunum à Izernore, puis Genève, traverse d’ouest en est le quartier dit "la Suisse ", avant d’escalader les rudes pentes de la Tière. La Route Royale, devenue départementale D.11, traverse le village avant d’aborder "la Vieille Côte ", d’être "la Vieille Route ", puis de disparaître à la Roche Coupée. Leur intersection donne à Cerdon un urbanisme en Y.

L’ancienne voie romaine de la Tière, allant de Lugdunum à Izernore, fut le seul chemin permettant de sortir de Cerdon au nord, jusqu’à la construction de la Route Royale n° 84, dédiée par ordre du roi Louis XV en 1744, rebaptisée "voie départementale N° 11 " de Saint Rambert à Matafelon, raide de 15 % peu après la sortie du village. Commencée en 1844, une nouvelle route, la R.N. 84, passe au Pont de L’Enfer et contourne Cerdon par l’est : en haut de la côte, sur son côté gauche, on peut admirer la vallée, le vignoble et une échappée permet d’apercevoir les collines de Poncin et, plus loin, la Dombes.

Tramway de l’Ain
Construite au début du XXème siècle, la voie du Tramway de l’Ain, le T.A., allait d’Ambérieu à Cerdon ; la gare était au début du village. Par la suite fut construite la voie Cerdon-Nantua sur le côté de la R.N. 84, avec jonction à la gare de Pont de Préau : il y avait un arrêt facultatif, la halte au-dessus de Cerdon. Le T.A. cessa son activité en 1955.